Voici un article de qualité du site internet du Barreau d’Avocat de Budapest. Cet article explique bien lequel est la différence parmi “avocat” “stagiaire” et “juristes de la communauté européenne” selon la regulation Hongroise.

“Selon la loi hongroise, seuls les membres appartenant à un des barreaux régionaux peuvent exercer cette profession.

En Hongrie, les études de droit se déroulent sur 9 semestres universitaires, sanctionnées par un examen d’Etat. Les juristes qualifiés peuvent utiliser leur titre de Docteur en droit pour embrasser une carrière juridique, et pour cela, ils doivent trouver un emploi chez un avocat ou dans un cabinet juridique. Au cours des trois années effectuées en tant que stagiaires chez un employeur, ils participent à la formation post-universitaire sous la conduite de(s) avocat(s) qui les emploie(nt). Au cours de leurs études post-universitaires, les stagiaires ne peuvent pratiquer le droit en tant qu’indépendant, ni avoir leur propre clientèle, ils sont seulement autorisés à assurer des tâches subalternes sous la conduite des avocats employeurs, selon leurs qualifications et leur pratique. A l’issue de leur formation de clerc, ils doivent subir quatre épreuves orales et écrites, organisées par le Ministère de la Justice, portant sur la législation en vigueur. Les activités professionnelles et de formation de notre Barreau sont reconnues d’année en année du fait que plusieurs de nos membres les plus éminents sont délégués à ces Commissions d’examen en tant qu’examinateurs (censors).

Le Barreau de Budapest a d’autre part élaboré d’autres programmes de formation pour les stagiaires employés par des cabinets d’avocat enregistrés à Budapest, dans le cadre desquels des compétences pratiques et l’expérience ne pouvant êtres acquises par la lecture des articles de loi et d’autres littératures techniques sont partagées avec nos jeunes confrères. Le Barreau de Budapest assure actuellement une formation à près de 1 200 stagiaires. Outre le fait de répondre à d’autres critères, l’examen au Barreau hongrois à subir après trois années de stages permet à nos jeunes collègues d’être admis dans un Barreau et d’exercer le droit. Les avocats enregistrés par l’un des Barreaux régionaux peuvent représenter leurs clients devant les tribunaux et d’autres autorités sans limite sur tout le territoire hongrois. Un avocat peut seulement être membre d’un seul Barreau à la fois.

Les activités exercées sur le territoire hongrois, la Hongrie étant Etat membre de l’Union européenne, par des avocats provenant d’autres Etats membres où ils ont été autorisés à exercer le droit s’inscrivent dans le cadre d’une réglementation harmonisée. Afin de se familiariser avec la pratique et la terminologie du droit hongrois, les personnes qui se mettent à leur compte en Hongrie pour exercer le droit peuvent opérer au début en qualité de conseillers juridiques, plus connus sous le nom de juristes de la Communauté européenne exclusivement sous l’une des désignations professionnelles respectives de leurs pays d’origine (par exemple Rechtsanwalt, solicitor, barrister, advocate, avocat, avvocato, адвокат, advokát, Δικηγóρος, etc.). A l’issue de trois années de pratique ininterrompue en Hongrie, les juristes de la Communauté européenne doivent prouver leur expérience de la législation et de la terminologie juridique hongroises lors d’une session organisée par le Barreau. Après leur réussite à cet examen, nos confrères étant citoyens de l’Union européenne sont admis au Barreau régional dans le cadre territorial duquel ils entendent pratiquer le droit dans le futur. Par cet acte, les juristes de la Communauté européenne deviennent des avocats hongrois (ügyvéd) pleinement qualifiés et peuvent exercer leurs propres activités sur tout le territoire de la République hongroise, avec les mêmes droits et les mêmes obligations que leurs confrères de nationalité hongroise.

Les activités en Hongrie des conseillers juridiques étrangers arrivant d’autres pays non membres de l’Union européenne (par exemple des Etats-Unis, du Canada et de l’Australie) relèvent de législations différentes qui limitent le champ d’activités : les conseillers juridiques étrangers ne peuvent qu’assurer du conseil juridique en matière de législation de leur pays d’origine et de droit international (à l’exclusion du droit hongrois ou communautaire).”

Source: http://regi.bpugyvedikamara.hu